6, avenue Nicolas Conté 28000 CHARTRES
06 31 32 06 45
soaziclementec@gmail.com

Mon interview pour le blog de la marque BAYA

Mon interview pour le blog de la marque BAYA

J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette toute jeune marque qui crée tapis de yoga, coussins de méditation, sangles, bolsters… Les produits sont à l’image de leurs deux fondatrices : colorés, lumineux, éco-responsables et de très bonne qualité. Je vous invite à aller vous promener sur leur site. Vous retrouverez les tapis que j’utilise en cours. Bon à savoir : vous avez 10% de réduction avec le code SOAZICLM !

“Nous avons interviewé Soazic Le Mentec, sophrologue, professeur d’espagnol et de yoga.  Soazic nous explique comment elle trouve son équilibre sportif dans l’univers de la course à pied, du vélo et du yoga. Bonne lecture !”

  • Hello Soazic ! Tout d’abord, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi (ton métier, ce que tu aimes…) ?

Je suis sophrologue et j’enseigne le yoga, installée dans ma jolie bulle à Chartres depuis un peu plus d’un an maintenant. De formation initiale, je suis professeur d’espagnol depuis 13 ans. Je concilie aujourd’hui ces deux activités, j’y trouve mon équilibre.

J’aime bouger, depuis toujours. Plus jeune, je faisais de la danse et je jouais au tennis. Etudiante en Bretagne, j’ai découvert le fitness. Un peu plus tard, la course à pied et le yoga. Et aujourd’hui, je trouve mon équilibre sportif dans mon trio course à pied, vélo et yoga.

J’aime aussi bouger, voyager ! J’ai vécu en Espagne pour mes études, j’ai adoré aller de ville en ville en bus, visiter, goûter de nouvelles choses. J’ai adoré la douceur de vivre en Toscane, Florence reste une de mes villes préférées. Et j’ai été impressionnée par New York où tout est si… haut ! J’ai passé des heures magnifiques au Moma et au Met, tout comme j’ai adoré flâner dans Central Park.

Il y a aussi énormément à faire et à voir en France. J’ai vécu en Normandie, en Bretagne, en Picardie, dans le Var et aujourd’hui, j’habite Chartres. J’ai aimé découvrir chaque région, chaque ville, m’y adapter avec cette douce excitation de la nouveauté.

J’adore aussi les moments cocooning chez moi. J’ai des semaines chargées alors je savoure les moments au calme. Bouquiner avec une tasse de café ou de tisane jamais très loin, lire les derniers romans sortis et tout ce qui touche au yoga, à la sophrologie, au développement personnel et à la psychologie.

Je suis fan de cuisine saine, plutôt veggie, je collectionne les livres et magazines ! J’aime prendre le temps de cuisiner même tard le soir. C’est un vrai moment de détente. Je suis très « prana food », j’aime voir de la couleur dans mon assiette, c’est pour moi une source d’énergie et de bonne humeur.

  • Comment as-tu découvert la sophrologie ?

J’ai découvert la sophrologie dans le milieu sportif. Je suis coureuse à pied depuis plusieurs années et j’ai été licenciée dans un club d’athlétisme dans le Var.
J’ai progressé jusqu’à arriver à un certain palier. Il fallait plus d’entraînement, plus de tours de piste pour progresser encore. Je n’avais plus l’énergie ni la motivation. Et c’est justement à cette période que j’ai découvert la sophrologie appliquée au sport.

J’ai suivi un accompagnement pour me préparer mentalement à une course et j’y ai trouvé des bénéfices tant dans ma pratique sportive que dans mon quotidien d’enseignante. J’ai aimé pouvoir utiliser des outils très simples pour me recentrer, me poser, tout simplement en me concentrant sur ma respiration et sur des images positives. J’ai pris du recul sur mes entraînements et j’ai retrouvé le plaisir de courir en me remémorant les sensations positives de mes premières courses.

J’ai trouvé dans la sophrologie une méthode simple, accessible et efficace de préparation mentale et de gestion du stress.

  • Nous avons vu que tu avais suivi beaucoup de formations (sophrologie, accompagnement du sportif…). Comment l’envie de transmettre ces pratiques t’est venue à l’esprit ?

Je suis enseignante, j’aime profondément enseigner. J’aime transmettre, partager, j’aime le lien que je crée avec mes élèves. J’ai eu tout naturellement envie de partager ces belles disciplines qui me passionnent.

Mes séances de sophrologie m’ont été très bénéfiques, j’ai souhaité transmettre ces outils à d’autres sportifs d’abord et à un public plus large ensuite. L’enseignement du yoga est venu dans un second temps.

J’ai proposé des séances de yoga en complément à mes séances de sophrologie à certaines personnes qui avaient particulièrement besoin de retrouver leur corps, leurs sensations physiques. Les résultats ont été très positifs et face à la demande, je me suis formée et me forme encore pour proposer les cours les plus adaptés aux besoins des personnes qui franchissent ma porte.

  • Tu es une personne très sportive. Qu’est-ce-que le yoga t’apporte de plus dans ta pratique intensive ?

J’ai eu une pratique sportive intensive pendant des années. Je ne concevais pas une séance de sport sans sentir mon rythme cardiaque monter, ma respiration s’accélérer, des gouttes de transpiration tomber. Et puis je me suis essoufflée, j’ai eu besoin d’autre chose. Je courais pour un chrono, un classement. Je ne trouvais plus de sens et de motivation à cela. J’ai eu besoin de me retrouver dans mon corps, avec plus de sérénité et d’authenticité.

J’avais suivi quelques cours de yoga, simplement pour les étirements et le relâchement musculaire. Je me suis davantage intéressée à la discipline, j’ai suivi des cours plus longs, plus complets en travaillant à la fois les postures mais aussi les techniques de respiration et la méditation. J’y ai trouvé l’équilibre que je recherchais et un bien-être physique et mental jamais ressenti auparavant.

  • Comment concilies-tu la sophrologie et le yoga pendant les cours que tu donnes ?

La sophrologie a été créée dans les années soixante par un médecin, Alfonso Caycedo. Il s’est inspiré de disciplines occidentales comme la psychologie ou la philosophie mais il a aussi été très influencé par des pratiques orientales telles que le zen japonais, le boudhisme et le yoga, qu’il a pratiqué en Inde.

La sophrologie est donc intimement liée au yoga : des techniques de respiration, des méthodes de concentration, l’état méditatif… J’aime mélanger les deux pratiques dans les cours que je propose. J’aime terminer mes cours par un exercice de sophrologie en savasana par exemple.

  • Tu appelles les séances des “bulles”, peux-tu nous dire pourquoi ?  

Mon espace est situé au rez-de-chaussée d’un cabinet d’architectes dans une maison type éco habitat avec du bois, de grandes baies vitrées, un poêle auprès duquel se réchauffer. J’ai une magnifique vue sur la cathédrale de Chartres. Mes élèves apprécient ce lieu insolite et reposant. Chacun je pense a le sentiment d’y entrer comme dans une bulle pour une parenthèse détente dans la semaine.

J’accueille 7 élèves maximum dans mes cours collectifs, par manque d’espace mais aussi par choix. J’aime prendre le temps avec chacun, chacune. C’est un grand plaisir pour moi de voir une élève s’installer dans un fauteuil et boire une tisane en papotant après un cours. Je suis très attachée à cette ambiance « comme à la maison ».

  • Pour finir, pourrais-tu nous dire quelle est ta posture de yoga préférée ?

Ma posture préférée est Malasana, la posture de la guirlande. Physiquement, cette posture me permet d’étirer en douceur mes tendons d’Achille sensibles de coureuse à pied, détendre mes muscles fléchisseurs de hanches, travailler l’ouverture des hanches et allonger ma colonne.

Cette posture est très bénéfique pour la digestion, opérant un massage doux et naturel, le bas ventre en contact avec les cuisses, au rythme d’une respiration lente et profonde. Une excellente posture detox pour éliminer les toxines, pas inutile après les fêtes… !

J’aime beaucoup cette posture pour m’ancrer, me stabiliser, proche de la terre. Je me recentre, les mains en anjali mudra, en contact avec mon mala. C’est aussi pour moi une posture de méditation. “